Ma mère et mon père ont divorcé quand j’avais 12 ans. Je n’ai jamais su pourquoi, mais c’est arrivé à peu près au moment où mon père est devenu très religieux et a voulu devenir pasteur. Je voyais ma mère le week-end, car mon père en avait la garde, mais elle a déménagé sur la côte opposée quand j’avais 15 ans, alors j’y passais mes étés.
La première fois que j’y suis allé, j’ai rencontré un type à côté d’elle, à la fin de la vingtaine. Je l’ai rencontré parce que je l’ai senti fumer de l’herbe dans le jardin et j’ai demandé si je pouvais en avoir. C’était un type sympa, et il était curieux de ma mère. Maintenant, les mecs aiment toujours ma mère. Elle avait 35 ans à l’époque, mais elle avait l’air plus jeune, elle était grande avec des cheveux roux, mince, athlétique, avec de gros seins.
Un après-midi, je lui ai parlé d’une petite découverte que j’avais faite. En grimpant à un arbre près de notre garage, on pouvait monter sur le toit du garage et voir directement dans la chambre et la salle de bain de ma mère la nuit.
Ce soir-là, je l’ai rencontré, après m’être soi-disant couchée, et je suis sortie par la fenêtre de la chambre. Nous avons fumé de l’herbe et sommes montés sur le toit du garage. Il n’a pas fallu longtemps avant que nous voyions les lumières s’allumer dans la chambre de ma mère. Elle a immédiatement enlevé son t-shirt et elle n’avait pas de soutien-gorge, alors ses seins étaient là pour que nous les voyions. Elle a enlevé son jean et s’est dirigée vers le miroir de la salle de bains en portant juste sa culotte. Elle est restée là à se démaquiller, ses gros nichons frétillant comme elle l’a fait. Mon voisin a sorti sa bite et s’est mis à la caresser en la regardant. Je faisais l’aller-retour entre le fait de regarder ma mère et le fait de regarder surtout mon voisin. C’était un type méditerranéen à la peau foncée et sa bite était sombre et grosse. Elle se tenait droite et il la caressait. Ma mère a fini par enlever sa culotte pour prendre une douche. Quand elle est sortie, elle s’est penchée et on pouvait voir clairement son cul et sa chatte de derrière. J’ai entendu mon voisin gémir et il a tiré un gros paquet de sperme. Bientôt, ma mère a éteint la lumière et s’est couchée. Nous sommes descendus et nous sommes partis chacun de notre côté.
Je lui ai parlé l’après-midi suivant, et il m’a dit qu’il aimait regarder ma mère, et qu’il aimait sa chatte rousse. Nous avons convenu de recommencer le soir même.
Cette soirée se passait à peu près de la même façon, sauf que j’ai aussi sorti ma bite et je l’ai caressée. Je le regardais surtout, et nous sommes venus ensemble. Cela s’est reproduit plusieurs fois la semaine suivante. Un soir, nous étions vraiment défoncés et nous attendions ma mère. Il m’a demandé si je regardais toujours sa bite quand je la caressais. J’étais un peu gênée et je n’ai rien dit. Il m’a dit que c’était cool avec lui. Il m’a demandé si je pouvais la caresser pour lui ce soir-là, alors qu’il regardait ma mère. J’étais très nerveuse, mais j’ai dit que oui. Ma mère est sortie, et il a sorti sa bite. Je me suis assise sur le toit et je l’ai touchée. Elle était tellement plus grosse que la mienne. J’ai commencé à la caresser et elle est devenue très vite dure. Ma bite était sortie aussi et je l’ai frottée pendant que je le caressais, sans même regarder ma mère. J’étais vraiment excitée et j’ai réalisé que lorsqu’il arriverait, de la position dans laquelle j’étais, j’allais probablement me faire frapper par son sperme.
Bien sûr, il est venu et il m’a frappé au visage. Sans même y penser, j’ai léché un peu de sperme sur mes lèvres. Je me suis sentie très mal, mais bien.
Le lendemain soir, nous avons commencé comme avant, je caressais sa bite et j’avais maintenant hâte de me faire asperger. Quand ma mère est sortie de sa douche pour se sécher, il a mis ses mains à l’arrière de ma tête et a guidé mon visage vers sa bite. Je savais ce qu’il voulait et j’ai accepté de prendre sa bite dans ma bouche. Je ne pouvais en mettre que le bout dans ma bouche, mais j’aimais la lécher avec ma langue pendant qu’il gémissait. J’en ai eu progressivement plus dans la gorge, jusqu’à ce qu’elle soit à peu près à mi-chemin. J’ai senti sa bite palpiter et j’ai su qu’il allait jouir. Ma bouche s’est remplie de sperme chaud et chaud lorsqu’il l’a lâché dans ma bouche. J’ai roulé le sperme épais et visqueux sur ma langue, puis je l’ai avalé.
Après cela, quand je le rencontrais l’après-midi, j’apportais parfois des culottes de ma mère. Il aimait les renifler, et je lui suçais la bite. Je m’améliorais de plus en plus avec la pratique.
Puis, un week-end, ma mère allait être hors de la ville, et j’allais être seule. J’étais déçu car j’aimais nos réunions de garage. Je lui ai dit, et il m’a dit que si je voulais, je pouvais venir chez lui et qu’on fumerait de l’herbe et qu’on regarderait du porno. J’ai essayé de faire preuve de nonchalance et j’ai dit que ce serait cool.
Ce soir-là, je lui ai préparé une petite surprise. Je suis allé dans notre grenier et j’ai trié quelques vieux vêtements de mes mères. J’ai aussi reçu une vieille perruque qu’elle avait achetée il y a de nombreuses années, après avoir coupé ses cheveux courts et les avoir détestés. J’ai mis un de ses vieux soutiens-gorge et j’ai pris une paire de ses vieux bas, et j’y ai mis du riz, jusqu’à ce qu’ils soient à peu près de la taille de ses seins. Je les ai mis dans le soutien-gorge. Ça avait l’air plutôt bien. J’ai mis une vieille paire de ses culottes, et j’ai mis une paire de ses collants. Je les ai coupés pour qu’ils ressemblent à des bas avec des jarretières. J’ai utilisé son maquillage, que j’avoue avoir déjà utilisé auparavant, donc je savais comment le faire. J’ai mis son rouge à lèvres rouge vif et j’ai mis une de ses vieilles mini robes sur moi. J’ai mis la perruque et je me suis regardée dans le miroir. C’était un peu effrayant de voir à quel point je lui ressemblais. J’ai essayé ses talons, mais ils ne m’allaient pas, alors j’ai juste mis une paire de sandales.
Il faisait sombre et je savais que personne ne pourrait me voir si j’allais à la porte arrière de mon voisin. J’ai frappé à la porte, et il a regardé par la fenêtre. J’ai pu dire, d’après sa première réaction, qu’il a d’abord cru que c’était ma mère. Il était stupéfait. Il se tenait là et a dit merde.
Je suis entré et nous sommes allés dans son salon. Il a sorti un bang et on a pris quelques coups. Je lui ai dit que j’étais désolé d’avoir mis du rouge à lèvres sur le bang, mais il a dit que c’était bon, et qu’il avait prévu de mettre du rouge à lèvres sur d’autres choses pendant qu’il souriait.
Il a mis un film porno à la télévision et a enlevé tous ses vêtements. Il s’est assis sur le canapé, les jambes ouvertes, la bite bien droite. Je me suis mis entre ses jambes et j’ai commencé à le sucer. J’étais devenu très doué, mais cette fois-ci, il s’est très vite mis à sucer. J’étais déçu que nous ayons terminé, mais il m’a dit de lui laisser un peu de temps pour qu’il puisse à nouveau jouir pour une shemale. Nous avons encore fumé, et il ne pouvait pas me quitter des yeux. Il m’a dit que c’était incroyable à quel point je ressemblais à ma mère.
Il m’a demandé si je pouvais faire quelque chose pour lui qui soit un peu pervers. J’ai dit oui, je suppose. Il est allé sur son ordinateur et a filmé un de ses amis qui vivait loin. Il m’a dit à l’avance de ne pas parler, de sourire et de faire ce qu’il disait.
Son ami est arrivé et il a bavardé. Il a dit au gars s’il se souvenait de sa voisine dont il avait parlé, la tête rouge vif. Le type a répondu oui. Il m’a fait signe de me diriger vers la caméra. Je me suis approché, j’ai fait signe et j’ai souri comme il me l’a dit.
Mon voisin s’est alors levé, exposant sa bite. Il m’a dit, suce-la salope. J’ai commencé à le sucer, sur la caméra, et j’ai vite vu son ami qui avait la bite exposée en le regardant. Tout ce qu’il a pu dire, c’est « Oh mon Dieu, putain, je n’arrive pas à y croire ». Bientôt, la bite de mon voisin était de nouveau très dure. Il a dit à son ami qu’il devait partir, et a fermé la caméra. Je l’ai entendu lui dire d’attendre, de ne pas y aller car elle s’était éteinte.
Mon voisin a ri et a dit que son ami allait se faire tabasser pendant une semaine.
Je l’ai encore sucé et bientôt il était dur comme un roc, mais il voulait attendre un peu. On a fumé un peu plus, bu une bière et allumé une vidéo porno. Il était assis sur le canapé et regardait le porno et moi. Peut-être parce que j’étais assez défoncé, j’ai décidé de danser pour lui alors qu’il était assis là, bourré avec sa bite bien droite. J’ai essayé d’onduler aussi fort que possible, je lui ai fait une lap dance, et il m’a attrapé le cul à deux mains alors que j’étais assis face à lui sur ses genoux. Il m’a poussé vers le bas et a guidé mon visage vers sa bite. Je léchais et suçais sa bite avec empressement, sans aucune gêne. Je me suis dit que j’allais avoir la bouche pleine de sperme chaud, quand il m’a poussé la tête. Il s’est levé, sa bite dure au garde-à-vous. Il m’a dit d’attendre une minute et il est allé dans l’autre pièce. Il est revenu un peu plus tard en tenant quelque chose dans sa main droite, il s’est approché de moi alors que j’étais à genoux, et de la main gauche, il a saisi l’arrière de ma tête de transsexuelle et m’a enfoncé sa bite dans la bouche. Il gémissait et me disait quelle salope chaude et sale petite pute j’étais, et je marmonnais son accord alors que ma bouche était pleine de bite. Il m’a encore poussé la tête et m’a regardé avec une sorte de lubrifiant sur sa main droite. Il a enduit sa bite avec le lubrifiant et m’a souri, il m’a dit, je crois qu’il est temps pour toi de te faire baiser.
J’étais prêt à enlever la culotte et à me mettre à quatre pattes. Il a remonté ma robe, et j’ai senti son doigt encore lubrifié frotter autour de mon trou, puis il a lentement fait travailler le doigt en moi. Il m’a dit de me détendre, de me concentrer sur la détente des muscles de mon trou. Il m’a bientôt mis deux doigts, puis les a retirés. J’ai senti la tête de sa bite s’appuyer contre mon trou, il a poussé doucement. J’ai senti mon trou s’étirer, puis se resserrer autour de sa tête quand il est entré. Il a fait entrer et sortir sa tête de mon trou plusieurs fois, et je me suis détendue progressivement jusqu’à ce que le trou entre facilement. Il a lentement glissé sa bite dans mon trou en me caressant plusieurs fois à une certaine profondeur, jusqu’à ce que je sois habitué, puis un peu plus profondément. Ça a pris un peu de temps, mais il est vite entré à fond, enterré jusqu’aux couilles, comme on dit. Maintenant, mon trou était détendu, mais je pouvais serrer quand je le voulais. C’était incroyable. J’aimais tout, sentir sa bite glisser de l’intérieur vers l’extérieur, la serrer de temps en temps avec mon trou pour son plus grand plaisir, la sensation de la sentir au fond de moi, si pleine de bite qui palpite. Il me frottait le cul. Je gémissais avec ses coups. Il m’a demandé si ça me plaisait, et j’ai dit oui. Il m’a giflé un peu et m’a dit que c’était tout, que tu « aimais » ça ? J’ai dit non, et il m’a encore giflé. Il m’a dit de lui dire exactement à quel point j’aimais ça. J’ai avalé et j’ai dit : « J’aime être baisée, j’aime ta grosse bite dure qui me baise la bouche, qui éjacule dans ma bouche, et encore plus j’aime que tu me baises comme ça, que tu me baises comme une salope, j’aime sentir ta bite entrer et sortir de moi, tes couilles rebondir quand tu me baises bien.
J’ai senti sa bite au fond de moi commencer à éjaculer, il m’a baisée plus fort et je pouvais sentir le sperme couler de mon trou le long de mes jambes sur mes bas.
J’ai su à ce moment-là que c’était ce que j’étais censée faire, être une salope de trans.

Je suis une pute travelo Préférence de la shemale : gorge profonde
Endroit de préférence pour le sexe : sous le bureau du patron