Rencontre avec ma première transsexuelle – histoire porno chapitre 1

Rencontre avec ma première transsexuelle – histoire porno chapitre 3

Rencontre avec ma première transsexuelle – histoire porno chapitre 4

Il l’a regardée fixement, la bouche s’ouvrant et se fermant plusieurs fois pendant qu’il traitait ce « …un rendez-vous « . Avec une femme. »

Elle a levé les sourcils, « Tu n’es… Tu n’aimes pas… »

Il rougit et s’assit sur sa chaise, « Oh oui ! Je le suis, je- »

« C’est réglé alors. 20 h, ce soir à Quel Posto Italiano. » Elle s’est téléportée, se penchant en arrière sur sa chaise comme si la question était résolue.

« Cet endroit italien où nous sommes allés ? » demanda-t-il, le sachant. C’était plus près de l’endroit où il vivait que du bureau, mais pas beaucoup, son équipe s’y était rendue le temps de Noël pour un repas.

La transsexuelle hocha la tête et sourit. « Tu me raconteras tout lundi. »

Il a ouvert la bouche pour parler, pour protester, mais il s’est arrêté. C’était une affaire très personnelle, mais qui, s’il refusait, pourrait avoir une incidence sur sa relation de travail avec son gestionnaire, un poste précaire.

« ….je vais, euh… Merci… » dit-il, un peu sec, alors qu’il se tenait debout et se dirigeait de son bureau vers son bureau.

Il resta quelques instants assis là, fixant son écran avant que Charlene ne s’approche, enregistrant apparemment une jolie expression dans l’ombre sur son visage. Est-ce que tout va bien ? demanda-t-elle, cherchant clairement des ragots, mais en portant le masque « HR concerné ».

Pendant un moment, alors qu’il soupirait profondément, il songea à mentionner qu’on le faisait chanter jusqu’à un rendez-vous, mais il y repensa. Anne, malgré tous ses défauts, était bien intentionnée, essayant de lui faire une faveur et bien que cela lui coûterait sa soirée en compagnie de la personne qu’elle pensait lui convenir, il n’allait pas faire grand chose de son temps de toute façon.

« Tout va bien, juste un peu de rattrapage à cause d’un peu de travail », dit-il en se redressant un peu plus droit et en adoptant son sourire.

Charlene a pincé ses lèvres et l’a regardé avec suspicion, « Mm, d’accord, contente que tout aille bien. »

La shemale s’est faufilée et Antoine a déverrouillé son PC. Voilà pour un vendredi soir tranquille, pensa-t-il.

Le reste de la journée s’est déroulé selon les règles de l’art, jusqu’à la vérification  » spontanée  » d’Anne sur son état de santé, dans les délais impartis, et la journée s’est finalement terminée à la fin.

Habituellement, il a peut-être passé une heure ou deux de plus au travail, à fermer des projets pour ne pas s’en faire pour le week-end, mais pour la première fois depuis longtemps, il avait un rendez-vous auquel il devait se préparer.

Pendant qu’il rentrait chez lui, le café à la main, il essayait de penser au genre de femme que quelqu’un comme Anne essayait de lui présenter, mais il ne la connaissait tout simplement pas assez bien pour commencer à reconstituer une image. Serait-elle plus âgée, une amie d’Anne ? Serait-elle de la famille ? Une fille ou une nièce peut-être ? Serait-elle silencieuse et réservée comme Ludivine, ou quelque chose de complètement différent ? Il n’en avait aucune idée et avant qu’il ne s’en rende compte, ses pensées l’avaient ramené chez lui.

Se trouvant avec environ une heure et demie à tuer avant de sortir, il a passé un peu de temps à choisir sa tenue, la même tenue décontractée et élégante, il s’est rendu compte qu’une fois terminé, il avait probablement porté la dernière fois qu’il était allé chez Quel’s avec son travail.

Après avoir fait cela, il a fait la seule autre chose à laquelle il pouvait penser, il a répété sa routine matinale.

Il s’est rasé, lavé, lavé, douché, séché et habillé, se rendant aussi présentable qu’il pouvait le faire. Il n’avait pas de grands espoirs pour la date, en fait, c’était pratiquement un abandon de créance, mais il ne voyait aucune raison de ne pas au moins se montrer sous son meilleur jour.

Rassemblant l’essentiel, le téléphone, le portefeuille et les clés dans les poches qui lui ont été assignées, il a une fois de plus quitté son appartement, choisissant de marcher pour tenter de maîtriser ses inquiétudes émergentes alors qu’il se dirigeait vers son rendez-vous arrangé.

En arrivant, il a scanné le restaurant, ne repérant aucune femelle isolée, il a supposé, à juste titre, qu’il était ici le premier. Un serveur l’a dirigé vers une table et il a commandé un verre d’eau, vérifiant son téléphone, il a remarqué qu’il avait environ cinq minutes d’avance, alors il a essayé de se détendre, bien que son regard n’arrêtait pas de vaciller vers la porte.

Huit heures sont passées, cinq heures passées et dix heures passées. Il commençait à sentir son anxiété se transformer en gêne, ne sachant pas trop comment se sentir à l’idée de se faire poser un lapin à un rendez-vous à l’aveugle, ne sachant pas ce qu’il pourrait dire à Anne le lundi.

« Votre table, » dit le serveur, tendant la main vers la sienne.

Il leva les yeux et gela, la bouche à moitié ouverte.

Devant lui se tenait une femme d’à peu près son âge, vêtue d’une blouse à manches longues et à haut décolleté rouge foncé et d’une jupe longue comme les genoux, elle a frappé une image qui, en un instant, était à la fois inspirante et effrayante d’angoisse.

Il a tout de suite su qu’elle était à la hauteur de sa réputation pour un certain nombre de raisons.

D’abord et avant tout, la femme à bite était magnifique. Elle avait de longs cheveux roux qu’elle avait, supposait-il, coiffés de bigoudis pour lui donner un effet ondulé, ses yeux verts étaient tout simplement captivants et son corps était si parfait qu’il était de statut mythique. Elle était à la fois svelte et sinueuse, mince à la taille mais avec un buste plein, des jambes longues et une peau claire et sans tache.

Deuxièmement, mais pas moins d’impact sur ses chances avec elle, il savait, était son nom.

« Claire ? » dit-il, bien qu’il n’ait pas été si surpris qu’il ait négligé de se tenir debout, s’approchant de la table pour sortir sa chaise de sa chaise pour elle.

« Hé Antoine, j’espère que je n’arrive pas trop tard ! Le temps m’a échappé « , s’excuse-t-elle en prenant sa place avec reconnaissance, ses yeux le suivant tout au long de son retour à son siège.

« Non, tu n’arrives pas trop tard. » dit-il en la regardant, maladroit dans sa surprise et son incertitude.

« Oh bien ! J’avais peur que tu sois déjà parti. » Elle ricana un peu, souriant chaleureusement en cachant une mèche de cheveux derrière une oreille, « Le travail d’aujourd’hui était un cauchemar, n’est-ce pas ? »

« Euh… »

« Oh tu as raison, on ne devrait pas parler de travail. » Elle rougit et sourit : « Tu sais, quand j’ai demandé à Anne si tu étais célibataire, je ne m’attendais pas à ce qu’elle dise oui, encore moins qu’elle m’aide à organiser ça ! »

Il a cligné des yeux : « C’est toi qui as tout manigancé ? »

« Oooh, elle t’a dit que c’était un rendez-vous arrangé, n’est-ce pas ? Eh bien, seulement pour toi. »

Il a avalé un peu, incapable de laisser ses doutes l’emporter sur lui, « Pourquoi voudriez-vous sortir avec moi ? »

La transgenre inclina la tête curieusement, comme si elle était surprise qu’il lui demande : « Eh bien, tu es gentille et gentille, tu m’aides toujours au travail quand j’en ai besoin et contrairement à tous les autres « hommes » du bureau, tu ne me dragues pas constamment ou juste… Tu me fixes. Même Charlene est coupable de ça, mais je ne sais pas pourquoi… Honnêtement, je croyais que tu étais pris ! »

« Je…. non, c’est juste que, tu sais. Je pensais que tu l’étais un peu, tu sais. »

« Un peu quoi ? » demanda-t-elle, un sourire sur ses lèvres pleines.

« Vous savez, hors de ma ligue ? demanda-t-il et à sa grande surprise, elle se mit à rire en tendant la main et en la posant sur la sienne, son toucher chaud et doux.

« Oh Antoine, tu es drôle. » Elle ricana, souriant joyeusement et il se retrouva à rire un peu lui aussi, quoique de façon incertaine.

Elle l’a rapidement sorti de sa coquille, sa personnalité pétillante et sa conversation insistante l’ont presque forcé à s’amuser, non pas qu’il avait besoin de forcer, mais juste qu’il essayait de savoir à quel moment le tapis serait arraché de dessous lui.

Au fur et à mesure que la date avançait et que le vin coulait, sa paranoïa commençait à s’estomper à mesure qu’ils parlaient de plus en plus. Malgré sa beauté et sa compétence dans son travail, il s’attendait, d’après sa réputation de tête de mule, à ce qu’il n’y ait pas grand-chose de plus que ce qu’il savait déjà, mais il ne pouvait pas avoir plus tort.

Il a vite découvert qu’elle aimait le sport, qu’elle aimait le regarder tous les jours et suivre l’actualité, qu’elle jouait elle-même à plusieurs reprises, y compris au tennis, qu’il aimait aussi à l’occasion après avoir joué pour son équipe au collège. Bien que cela ait été un facteur principal dans sa vie, elle avait une grande variété d’intérêts en dehors du sport, qu’ils partageaient souvent aussi, leur amour du cinéma, leur amour de la musique et, à sa grande surprise, un manque de chance avec le sexe opposé.

Il cligna des yeux, certain de l’avoir mal comprise, « Je suis désolé, ça fait combien de temps que votre dernier petit ami n’est pas venu », demanda-t-il, la voix surprise en sirotant son café, leurs desserts terminés. Il savait que poser la question était un peu un faux pas, mais il devait la poser quand même.

La trans rougit, « Oh, tu as bien entendu, cinq ans… » dit-elle, un peu gênée, le sourire léger.

« J’ai vraiment du mal à le croire, je veux dire, vous êtes le centre d’attention dans chaque pièce où vous entrez « , sourit-il, sachant que c’était la vérité.

Elle gloussa un peu, son blush s’illuminant, « Flatterer…. Je ne suis pas aveugle, ni si modeste, je sais pourquoi les gens me regardent « , a-t-elle jeté un coup d’œil à son propre buste impressionnant,  » et je sais ce qu’ils regardent quand ils le font. Ce n’est pas que les mecs ne s’intéressent pas à moi, c’est juste que je n’en trouve pas beaucoup avec lesquels je pense être vraiment, tu sais, compatible. »

Il acquiesça d’un signe de tête : « Et vous pensez que nous sommes compatibles ?…. » demanda-t-il quand même, malgré le plaisir qu’il avait eu à passer la soirée jusque-là, douteux de ses paroles.

Elle poussa un petit soupir et le regarda d’un air qu’il ne savait pas lire, son sourire doux, peut-être anxieux, peut-être anxieux, peut-être apologétique. Il ne pouvait pas le lire, mais il le connaissait. Il a lui-même fait un petit sourire doux, comme pour lui dire qu’il était prêt, qu’il était prêt. C’était vraiment dommage, vraiment, il avait beaucoup aimé la soirée, mais il savait qu’il ne devrait pas être surpris que, peu importe à quel point il était gentil, il serait bien en dessous de ce qu’elle voudrait vraiment.

« Je sais pas, je crois qu’on est… » dit-elle en prenant une grande respiration, « J’ai juste, j’ai… », hésita-t-elle en le regardant, « Je suis juste… pas comme les autres femmes. »

Il la regarda, la seconde moitié de ses mots tombant dans l’oreille d’un sourd, la première moitié étant restée dans son esprit.

« Attends, je t’intéresse vraiment ? Toi ? »

Elle hésita, un sourire un peu plus chaud touchant ses lèvres, « Um…. Oui ? C’est si dur à croire ? »

« Eh bien, oui, en fait, tu es… Tu sais à quel point tu es magnifique. » dit-il, abasourdi.

Elle a souri un peu ironique, puis a haussé les épaules, « Antoine, ça ne veut rien dire quand tu apprends vraiment à me connaître, comme je l’ai dit, je ne suis pas comme les autres femmes ».

Antoine haussa les épaules, son sourire grandissant, « Tu es plutôt parfait, honnêtement », dit-il en lui faisant rougir les joues, « Je suis sûr que ce qui te distingue des autres femmes, c’est ce qui te distingue et ne changera pas mon opinion de toi, qui est plutôt élevée en ce moment ».

« Tu es vraiment, vraiment gentil Antoine, mais peut-être que tu devrais au moins entendre ce que c’est avant de t’engager dans cette idée », dit-elle, chaleureuse, mais prudente.

Il la regarda, essayant d’être rassurant, tout en sachant qu’il n’aurait pas d’objection à ce qu’elle lui dise de se sentir mieux dans sa peau, mais il ne l’en empêcherait pas.

La transsexuelle hocha la tête comme pour se donner confiance en elle en prenant son café et en prenant une gorgée profonde, « Antoine… J’ai un peu plus de chaleur… » dit-elle, la voix douce.

Il la dévisageait, son visage était un masque d’incompréhension pure, « …D’accord… » était tout ce qu’il disait, pour couvrir son oubli évident.

Elle ricana un peu et secoua la tête, « Ahh, j’espérais ne pas avoir à expliquer… » dit-elle, un peu triste, « Je suis une femme… Mais j’ai des parties supplémentaires… mâles. »

« Oh. » C’est tout ce qu’il a dit, toujours confus.

« …en bas…. Là… » elle a suivi pour clarifier avec la pointe de son doigt.

Il la regarda quelques longs instants, puis ses sourcils se levèrent, « Oh. Ooooooooh. Oooh… Je crois que je comprends. »

Elle hocha un peu la tête, « C’est pourquoi je n’ai jamais eu beaucoup de chance avec les hommes », dit-elle, ne serait-ce que pour remplir le silence, même si elle savait que c’était évident.

Il la regardait comme si son esprit se retournait sur lui-même, il ne savait pas que les femmes comme elle étaient une chose, elles étaient rares dans le monde, mais c’était la première fois qu’il en entendait parler. C’était la fille de ses rêves, mais elle avait une virilité, s’il la comprenait bien.

Il devrait avoir un mot avec Anne le lundi, lui demander ce qu’elle pensait que son type était, parce qu’il semblait, si Claire était quelque chose à faire, Anne croyait que son type était une belle, charmante, intelligente, drôle, en forme, curvy femmes… Son train de pensée a déraillé avant même qu’il ait atteint le point de sa dotation. Ce n’était pas nécessaire.

« Je me sens plutôt compatible si tu l’es. » sourit-il.

Elle s’illumina considérablement, sa voix pétillante normale revenant à ses mots, apaisant ses craintes qu’il n’était peut-être pas la personne qu’elle espérait qu’il était,  » Vous le pensez ?

Il hocha la tête en signe de confirmation, lui souriant, même s’il avait encore quelques doutes dans son esprit, se demandant à moitié dans quoi il s’était embarqué, il était certain qu’il avait fait le bon choix, elle était la fille de ses rêves, il ne pouvait pas la laisser glisser entre ses doigts pour ce qui était dans son pantalon.

Elle s’est mordu la lèvre toute douce, se tortillant un peu dans son siège, clairement extatique, « J’espérais vraiment que vous diriez ça, mais pendant une seconde… » elle a ri gentiment et brossé quelques mèches de cheveux derrière ses oreilles, « Alors pour répondre à votre question, oui, oui, je pense que nous sommes compatibles.

Ils ont fini leur café pendant qu’ils parlaient, parlant à nouveau du sport comme pour se normaliser après une si grande révélation, ils ont commandé la facture et lui, malgré ses protestations, l’a payée lui-même, en insistant avec un sourire.

« Vous habitez loin d’ici ? » Elle lui demanda et il lui expliqua où il habitait : « Je n’habite pas trop loin de là ! Je suis un peu sur ton chemin du retour, tu veux partager un taxi ? »

Heureux d’apprendre qu’elle vivait à proximité, bien qu’il avait prévu de marcher, il était plus qu’heureux à la perspective de plus de temps avec elle si d’accord, sortir son smartphone et, après qu’elle lui avait donné son adresse, commander un Uber.

Ils se tenaient ensemble à l’extérieur du restaurant dans l’air frais de la nuit, avec Antoine debout à six pieds et Claire à cinq cinq, il avait du mal à croire qu’une fille aussi féminine et légère qu’elle puisse avoir un aspect aussi différent.

Elle s’est mise à frissonner un peu, ne pas avoir apporté un manteau avec elle, une brise légère suffisait pour qu’elle croise les bras au-dessus de son ventre.

N’ayant pas apporté de veste avec lui, il n’avait rien à lui offrir, mais il a pris le risque de lui ouvrir son bras.

Claire le regarda, ne comprit pas un instant avant que ça ne clique et elle rougit un peu, s’approchant dans son bras, appréciant la chaleur de son corps contre le sien.

Il la regarda, petit et beau, petit et beau, contre son corps, un sourire aux lèvres quand il remarqua quelque chose, « Avec un fard à joues comme ça, tu te réchaufferas en un rien de temps ».

Il rougit plus fort et lui donna des coups de poing dans les côtes, lui faisant rire de lui, ce qui la fit sourire,  » Je ne pensais pas avoir cette chance avec toi « , avouait-elle, un autre rire se levant de lui.

« Je suis presque sûr que c’est ma réplique. » dit-il, en riant de sa voix, tout en la serrant doucement.

La shemale déplia les bras et les enroula légèrement autour de sa taille, « J’ai vraiment, vraiment apprécié cette soirée Antoine », dit-elle, sa voix encore douce prenant un ton plus sérieux.

« Moi aussi, Claire. Je n’avais aucune idée de ce qu’Anne avait prévu pour moi, mais je crois que je lui dois une boîte de chocolats ou quelque chose pour m’avoir persuadé de le faire « , sourit-il.

Elle sourit vivement et appuya légèrement sa tête sur sa poitrine, le tenant dans ses bras.

 

Rencontre avec ma première transsexuelle – histoire porno chapitre 2 Préférence de la shemale : gorge profonde
Endroit de préférence pour le sexe : sous le bureau du patron