Je m’appelle Brian et j’ai 28 ans. J’avais des difficultés financières, alors j’ai mis une annonce pour un colocataire car j’avais un appartement avec deux chambres. Après que quelques personnes soient venues et reparties, une belle dame m’a appelé. Elle s’appelait Sandra, elle mesurait environ 1,80 m et avait de beaux seins. Nous avions l’air de bien nous entendre, alors nous sommes devenus colocataires. Ça semblait bien marcher, puis un jour je suis entré dans la salle de bains et je me suis accidentellement introduit dans sa douche, son corps était superbe, avec de beaux seins et une grosse queue et des couilles. J’étais choqué, elle vivait avec moi depuis un mois et n’avait pas réalisé qu’elle était transsexuelle. J’ai juste remué le couteau dans la plaie et je lui ai présenté mes excuses, c’était gênant. Après une discussion tranquille, nous avons convenu que cela ne faisait aucune différence et nous avons essayé de reprendre notre vie en main. Le problème, c’est que chaque fois que je la regardais, je n’arrivais pas à me sortir son corps chaud de l’esprit (ce que c’est que d’être avec un transsexuel). Les choses se sont aggravées pour moi quand nous regardions la télévision ensemble, elle portait une robe de chambre, et nous appréciions les films comiques, alors que, assis sur un canapé, sa robe s’est desserrée, je pouvais voir ses seins perçants et ses beaux tétons bruns. J’étais excité, mais je ne voulais pas qu’elle me voie regarder. Au fil du film, j’ai vu sa robe se détacher davantage et j’ai pu apercevoir sa bite molle et ses couilles lisses. J’étais excité, mon esprit désirait qu’elle wow elle avait l’air sexy. Quand le film s’est terminé, elle s’est retournée et m’a embrassé sur la joue, elle a bien dormi la nuit, elle a dit, j’ai apprécié la nuit et je suis allé dans sa chambre. Je suis allé dans ma chambre et j’ai branlé ma bite pour jouir en pensant à elle. Les nuits suivantes, elle s’est habillée de façon sexy et est sortie faire la fête avec ses amis. Puis, samedi soir, Sandra m’a dit que vous aviez envie de passer la nuit ensemble, et j’ai dit oui en pensant que vous sortiez avec vos amis. Non, pourquoi ne pas se blottir ensemble sur un canapé, ça a l’air génial, lui ai-je répondu, nous avons regardé un film, elle aussi portait une robe de chambre, mais cette fois-ci, elle s’est blottie contre moi sur le canapé, nous avons parlé du film pendant que nous le regardions, j’ai passé mes doigts dans ses cheveux, elle ne m’a pas arrêtée. Je me suis arrêté, elle m’a regardé, ne m’arrêtez pas, j’aime ça. Elle s’est allongée sur le canapé, la tête sur mes genoux. J’ai continué à passer mes doigts dans ses cheveux, elle a poussé un léger gémissement, puis elle a pris ma main et l’a mise sur ses épaules, sa robe de chambre était de nouveau lâche, je lui ai massé l’épaule, elle ne m’a pas arrêté, sa peau était douce. J’ai commencé à caresser le côté de son sein. Elle ne m’a toujours pas arrêté, elle a gardé les yeux sur la pellicule, maintenant je lui frottais les mamelons (c’était excitant, j’étais excité), je les serrais. Sa robe était maintenant ouverte, je pouvais voir son corps mince, je déplaçais mes mains sur son corps, caressant ses fesses nues. Elle m’a souri mais n’a pas essayé de m’arrêter. Je me suis penché en avant et j’ai commencé à lui caresser la bite, elle a gémi (c’était la première fois que je touchais la bite) mais je la voulais. Je l’ai sentie s’exciter, puis elle s’est levée, m’a embrassé et s’est levée pour sortir de la pièce. Je suis resté assis là, l’esprit confus, si j’avais franchi la ligne avec Sandra. Puis la porte s’est ouverte et j’ai cru qu’elle se tenait à la porte, elle m’avait mis des bas à talons hauts et rien d’autre, elle m’a fait signe, dans une transe, je suis passé, nous nous sommes embrassés, ses lèvres étaient comme du velours, nous avons continué à nous embrasser mais nos mains étaient partout. Puis elle m’a murmuré à l’oreille « Je le veux, je te veux ». Je suis entré dans sa chambre et j’ai commencé à sucer ses seins, c’était si bon, mes mains caressaient son corps. J’ai embrassé son corps. Je la désirais, je la désirais, j’ai atteint sa bite, je l’ai léchée, c’était dur, je lui léchais le manche en caressant ses couilles, puis je la suçais lentement puis plus profondément, elle gémissait, elle criait pour se servir d’elle. Puis j’ai goûté son pré-cum avant qu’elle ne hurle et jouisse sur mon visage, wow elle en voulait plus, en lâchant ma bite, elle m’a fait la pipe la plus sensible mais la plus excitante qu’un mec puisse recevoir. Puis, avec des lèvres douces, elle m’a dit : « Baise-moi Brian, baise-moi ». J’ai placé ma bite sur son trou de cul et j’ai poussé ma bite lentement à l’intérieur d’elle, elle était serrée et gémissait pendant que je la poussais centimètre par centimètre dans son cul. Elle a crié oui. Lentement, je l’ai baisée, chaque poussée dans son cul était comme le paradis, elle caressait sa bite pendant que je la baisais. Puis plus profondément et plus fort. Je vais jouir, j’ai crié (pensant qu’elle dirait « retire-toi » mais non) qu’elle voulait que je jouisse en elle. J’ai tiré sur ma charge, o putain ça fait du bien. Elle a souri et s’est mise dans les bras l’une de l’autre. On a dormi le dimanche matin, on a pris le petit déjeuner, puis à poil elle m’a traîné au lit, mais cette fois elle m’a baisé, sa bite faisait environ 15 cm, mon cul était douloureux mais je m’en foutais, je la voulais. Ma copine était belle, de beaux seins, un corps sexy et une bite et des couilles, j’ai été avec beaucoup de femmes sexy mais personne d’aussi sexy que mon amant transsexuel.

Ma colocataire transgenre Préférence de la shemale :
Endroit de préférence pour le sexe :